Récits de courses à pied

18 novembre 2016

semi-marathon des rafales de vents de face de Vénissieux 2016

C’est la deuxième fois que je cours un semi-marathon à Vénissieux, épreuve qui a pour réputation d’être très relevée, des amateurs aux élites, avec des bénévoles compétents,  comme une course de club ouverte au public où les records personnels sont souvent au rendez-vous. L'organisation est celle d'un club, d'une Ville... Habitants encourageants les coureurs par endroits et présence policière raisonnable pour la circulation. Une organisation de Champions pour 1700 ( 372 sur semi dont 352 finishers)  coureurs toutes courses confondues.

 

Affiche_Foul_e_V_nissiane_2016

Préparation

Je me suis préparé pour cet évènement de façon très précise cette année. L’année dernière j’y suis allé comme on va aux fraises en disant que j’allais battre mon record personnel et j’ai fini en 1h59 minutes mais surtout en marchant sur le 19 eme kilomètre, en hypothermie. Comme je le dis souvent sur Instagram hashtag plus jamais ça.

Screenshot_2016_11_18_17_59_20

J’ai opté pour l’entrainement biquotidien (matin et soir)  couplé au cross trainning (plusieurs activités sportives). Chaque séance servait à quelque chose. Je n’ai fait que des séances qualitatives au détriment du kilométrage.

20161118_160925

 

20161117_112357__1_

 

20161117_193150

Retrait de Dossard à Vénissieux l’industrieuse, vendredi 18 novembre 2016

 

Vénissieux ce n’est pas exactement Barcelone. Tantôt Iséroise, tantôt Rhodanienne, Vénissieux, anciennement agricole puis industrielle (Renault Trucks entre autres) est dans l’imaginaire collectif la ville de banlieue des années 80 que tout le monde a vu au journal de TF1. Mais on est en 2016 et la ville a quelque peu changé. La pauvreté, l'emploi industriel côtoie les petits entrepreneurs et employés qui veulent réussir...Bah Oui les URSAAF RSI et compagnie C'est à Vénissieux...

t_l_chargement

L’Office Municipal des Sports de Vénissieux est accessible par le tramway T4, le métro D et une piste cyclable. C’est en tram que je suis arrivé. J’ai retiré mon dossard. L’équipe organisatrice est bien, tout va bien aucun stress, c’est la 37 eme édition, ils sont rôdés et compétents. Un signe qu’ils sont prêts depuis un petit bout de temps est le fait que l’on pouvait retirer les dossards depuis le 17 octobre mais j’ai « trainassé ». Dossard 2375. Le tee shirt est bleu violet cette année. Cela change du fluo de l’année dernière. Ils ont fait l’effort de mettre la date comme chaque année, et ils ont un partenaire de course très important : Carrefour Vénissieux, pratique pour les ravitaillements et le parking de 2000 places (la base ;) )

 

IMG_20161118_122021

Théoriquement je me suis préparé pour faire une course en deux temps très organisée, comme le montre ces deux dix km distincts.

 

20161118_162311

 

20161118_162331

Mais la théorie c’est bien beau, il faut la confronter à la pratique. Le « negative split » demande une certaine forme physique. Le mental, lui,  est renforcé par les gens que l’on dépasse en 2 eme partie de course. J’ai opté pour cette stratégie en voyant un vétéran du club Ozon Courir qui accélérait à mi-course. Après avoir constaté qu’il me dépassait sur tous les semi-marathons de la région, je me suis mis à me dire qu’il avait raison.

Le parcours est constitué de deux boucles du même parcours plus 1,1 Km... bon le schéma est assez clair comme ça

parcoursFV2016

Samedi 19 Novembre 2016

Je ne bois pas de vin aujourd’hui,  je suis à un anniversaire et je m’amuse. Voici une photo de la fondue savoyarde mangée ... ah bah non trop tard... On est est des bons mangeurs quand même.

20161119_214743_1_

 Je me couche tant bien que mal à 23H45 allez demain… ça va bien s’passer.

 

Dimanche jour de course

L'avant-course

Je sais exactement quel tramway prendre. J'arrive à une heure décente 8H50. Je croise un ami d'instagram aux chaussures bicolores et à l'allure sympathique. Je dépose mon sac à la consigne du gymnase en moins de 3 minutes.  Je croise Charlotte, la plus gentille instagrameuse fitmum runneuse que je connaisse (en dehors de .... mettre votre nom ) ahah. Je discute un instant, je vois aussi Sébastien et Elise du redcrewlyon ( avec qui je vais courir régulièrement l'année prochaine) qui s'est fait  remotiver par son coach ;). Je rencontre aussi Jean-Louis un super gars aussi qui me présente un ancien collègue à lui... alors son ancien collègue était vraiment bizarre en allure de course... J'y reviendrais....

La course

Je perds Charlotte et je pars avec mon Bro aux chaussures bicolores. Km 1  en 5 minutes 27. Je cours ce semi sur une bonne partie du parcours, avec lui. Je suis collé à ma montre et je vois que je suis , au fil des kilomètres, sur les bases de mon RP en course.  Je ne m'en fais pas. Km 5 le ravitaillement est à l'endroit où j'ai commencé la course à pied avec des amis. ça m'a fait sourire. Errol me lache ah oui mon bro a un dénominatif. ... Il me lache au km 8. Je franchis le KM 10 en 51 minutes 53 pile poil comme le temps théorique. Truc de fou: Un grand merci à Joanna et à Sophie, deux filles dont l'énergie folle tranchait avec ma mesure en leur parlant. j'étais dans ma course. Je les verrai plus tard. Leurs présences m'a tellement boosté qu'il faut absolument que je les remercie en étant plus démonstratif à la fin. Un énorme merci. La lutte contre le vent devient difficile, je perds à partir de ce moment 15 secondes à chaque kilomètre. Au Kilomètre 11, le collègue de Jean-Louis fait demi-tour. Il abandonne? Il pense s'être trompé de chemin? pourquoi il ne nous demande rien? Bref. Chacun sa life. Au Km 13 Errol stoppe net. Je lui demande si c'est terminé...Je l'ai encouragé mais je sentais que si je m'arretais, je ne pourrai pas repartir. Le parc de Parilly est très dur à passer. La longue ligne droite avec vent dans le dos ça allait, mais quand le vent de face puis de côté s'y mettais entre le KM 14 et le KM 19... vous imaginez la masse collossale de secondes perdue sur cette portion. J'ai vu Elise à 600 mètres devant moi qui puisait dans ses forces et Charlotte de nouveau qui s'accorchait bien. Jean-Louis, lui.. Il était bien :) Véloce.  Errol a repris!! Je suis content pour lui. Cette ligne droite entre le parc d'activités et le célèbre hippodrome de Parilly  est un moyen assez pratique pour voir si les amis vont bien. L'année dernière Justine, la nenette en basket, m'avait fait forte impression à cet endroit là.

Les boucles, les petits faux plats imperceptibles, et la sortie du parc sont presque insoutenables. Je commence à avoir mal à l'aisne.  Des coureurs avec ma stratégie me dépassent, il vont faire le temps que je voulais faire. Les encouragements de Sébastien me reboostent. Je me fais rejoindre sur la rue paralèlle au métro par "les 5 KM" qui ont une allure véloce en comparaison de la mienne. Leurs encouragements type "club" m'ont donné envie de faire partie de l'un deux....

L'après-course

Joanna, Sophie... Merci. Sur la dernière ligne droite ta voix m'a aidé à accélérer. Tu devrais te lancer dans une deuxieme carrière de motivatrice, coach ... Tu as un talent inné Joanna.

20161120_114148_1_

J'en termine en 1h 53 40 temps officiel, mais mes pieds ne me permette pas d'aller voir les filles qui m'ont tant supporté....

Screenshot_2016_11_22_21_35_50__1_

Ah ... Vous avez vu ce monde? Je n'en reviens toujours pas. J'ai reçu le journal Le progrès ce matin et ils disaient que le gars qui a gagné, a fini deuxième sur le Semi-marathon de Beaune  12 heures avant. Si c'est pas un truc de malade ça?????

 

je me ravitaille, discute un peu avec Elise et Sébastien qui partage mon avis sur le vent de face. Et je me dirige vers les vestiaires comme Jean-Louis. Je me douche, me change et n'arrive plus à bouger après. Bon... Je ne verrai pas l'arrivée de Chacha et Errol.  Je repars avec @errol_stobbart mon acolyte de course et on finit par rentrer ensemble.

20161120_114210_1_

 

Epilogue

Petit Break dû à une situation professionnelle chargée. Je reprends l'année prochaine en enchainant les 5KM. Une distance rarement prisée par le runner lambda sans club mais qui permet d'améliorer l'explosivité, vous savez le truc qui manque en fin de course.

 

A l'année prochaine.

 

Thierry 

 

 

 

 

 

 

Posté par thierry_lyon_run à 18:53 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


17 novembre 2016

Pet Sitter, livreur à Vélo

IPost  hors running pour que vous compreniez mes " dernières années à Lyon.

 

l y a quelque chose d'assez spirituel dans le métier que je fais (faisait). C'est même carrément religieux de rentrer chez les gens en leur absence, respecter leurs confiances, leurs animaux... pensai-je en roulant à vélo par ce vent frais d'automne.

. Aux feux rouges, je stoppe le vélo et je fais le vide, je réfléchis et plein de choses me passent par la tête. Je pense à la centaine de clients lyonnais que j'ai eu  durant 3 ans. J'ai vu passer des gens differents à la culture differente. Des personnes qui cite Malraux au jeune qui me fait "Posey" comme Swaggman. Le feux tricolores ne bougent pas, et là je sors un "Posey bro" qui sort de ma bouche sans que je le veuille. A ce moment là un vieux traverse la rue, me regarde, avec un dédain prononcé, et dit "foutue jeunesse"... La Honte..  Bref. Je  bossais en faisant du vélo dans Lyon, j'ai rencontré pleins de gens et donc... je vous propose le top 8 des meilleurs profils de clients lyonnais que j'ai eu à voir.

 

8.Le "swaggman"

Il habitait à Lyon 8 donc huitième... Il me plaisait beaucoup dans sa façon de voir le monde. Il adorait l'argent et son appart était plein d'objets de collection. Il m'a fait confiance car il tenait plus à son chat qu'a tous les objets réunis de sa collection. Posey bro continue à faire de l'oseille  avec ta marque de casquette ;)

7.La "devote forte en punchline"

Elle devait aller en pélerinage à Paray le Monial (enfin, je crois ) et elle m'a contacté pour surveiller ses chats. Je lui aie dit "merci pour la confiance", elle m'a répondu: "Je n'ai pas confiance, j'ai la foi". boum. Elle est forte en punchline je vous dis. 

6.Le "parrain de la mafia"

Je ne sais pas si ce monsieur avait des activités illégales mais il était assez impressionnant du genre mafieux d'un vieux film. Sa culture littéraire francophone m'a interpelé, nous avons bien discuté et il m'a proposé de garder son chat quand il allait faire de l'import export... J'ai trouvé ça louche alors je suis allé regarder sur internet... Il avait bien une société d'import export... Je vois le mal partout...

5.La "Dame de compagnie"

Autant appeler un chat un chat, Madame facturait ses visites galantes. Elle m'a reçu à son domicile personnel. D'ailleurs les voisins me regardait bizzarement quand je rentrais. Noooon , je ne viens pas pour ça. Je me suis bien occupé de son chat féminin ( oui autant bien choisir ses mots) certes... et j'ai été surpris par la culture de la femme qui en plus d'user de son corps, a une tête bien remplie. J'espère que la vie vous fera plus de cadeau à l'avenir madame.

4.Le "monsieur de l'organisation secrète"

Après une discussion à bâtons rompus sur la société, le monsieur étrange avec des sigles, drapeaux de la résistance et tableaux bizarres sur ses murs, me sort: "Vous seriez le bienvenu chez nous" Nous? Nous Qui? Je fais semblant de ne pas comprendre et je me rend bête au fur et à mesure de la conversation pour ne plus attiser son attrait. Les loges, c'est pas mon truc à vrai dire. Peut-être plus tard...

3.La "dictatrice"

Elle est seule mais chaque mots sortis de sa bouche est une balle de fusil. "Ce n'est pas très difficile de fermer une porte mais il convient quand même de vous l'expliquer"... Ce genre de phrase cassante est son quotidien. Le genre de clients le plus difficile à épater...

2.La "top model"

Elle ne l'est pas, mais quand je suis rentré chez elle, il faisait 35 degrés et elle était en petite tenue, en train de carresser son chat. C'était ma première cliente. C'était déroutant. Mon premier regard assis devant elle, je faisais face à sa culotte. J'ai donc baissé mon regard, je transpirais mais pas parce qu'il faisait chaud. J'ai émis le devis et je suis vite reparti. Quinze jours après, son attitudea changé et elle m'a glissé "merci de vous être montré gentil envers moi" ... traduction "merci de ne pas m'avoir traité comme de la chair fraiche". Son chat a été opéré a de multiples reprises il fallait que je sois à la hauteur de l'amour qu'elle avait pour son chat....

1.La "mamie rebelle"

 

Je ne vais pas m'étendre sur elle. Elle est partie au Népal pour la simple et bonne raison que sa fille voulait lui fourguer ses petits enfants /// voilà voilà

A bientôt. 

 

Prochain article running: Mon semi marathon revanchard de Vénissieux. 

Posté par thierry_lyon_run à 12:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 octobre 2016

AI-je fait les mêmes erreurs que l'année dernière aux 10KM de Caluire?

                                                               Les 10 Km de Caluire

    Ce dimanche 16 octobre a eu lieu une course d'athlétisme de 10 Km dans la ville de Caluire-et-Cuire.

    Si j'avais ma petite voix de commentateur des années 50 je vous aurais dit que dans le temps Cuire était un quartier de Lyon comme la Croix-Rousse, mais que l'évolution de l'urbanisme dans les années 1700 en a décidé autrement. Mon ancien propriétaire était une source intarissable sur le sujet alors je peux bien vous gonfler deux secondes avec :). En gros les 10 Km de Caluire font une boucle entre Caluire et Cuire.

 

Je me suis bien entrainé, mes séances de fractionnées n'étaient pas mauvaises ces dernières semaines.

IMG_20161014_090631

 

Compte tenu du parcours roulant, la performance devrait être au rendez-vous. Bon... là forcément sur la photo vous ne le voyez pas mais faites moi confiance c'est très plat. Comme en Bresse.

20161015_171653

 

  Le vendredi après midi, j'ai été cherché mon certificat médical, l'ancien arrivant à échéance le jour de la course.J'ai même demandé au club s'il l'accepterait.

 Mon âge avançant, le super docteur m'a fait passer un électrocardiogramme et n'a décelé aucun problème. Tant mieux. On parle de mes crises d'asthme (je n'en ai eu qu'une dans ma vie et c'était ... aux dix km de Caluire l'année dernière) j'y reviendrais à la fin du compte rendu.

 

                                                                                     Une course de club. Une vraie. 

 

20161015_175519

         Le samedi, pendant que la famille va à la vogue aux marrons de la croix rousse, je vais récupérer mon dossard. Dans un gymnase tout ce qu'il y a de plus classique. Je monte les escaliers, effectue mes démarches et j'entends les bénévoles crier "1200 ème. Bravo madame c'est gratuit pour vous."  Et là je me dis: si seulement c'était moi. L'ambiance est assez tendue mais ils restent tous souriants. Le nombre de participants me parait bien plus élevé que l'année dernière et je me demande s'ils vont assurer niveau organisation...

20161015_194005

Le tee shirt est très beau, un peu comme celui de semi de Mâcon. Je note même des similitudes dans la façon d'aborder cet évènement entre les deux clubs. 

RACEDAY

     Le jour de la course, je me la joue tranquille vraiment trop tranquille, je laisse passer un métro je prends mon temps... j'arrive à 10h10 la cata pas le temps pour un échauffement correct en vue d'une performance vu que la course est à 10h30. C'est foutu. Je croise, fitenbasket (de son pseudo sur instagram), un super coureur qui descends régulièrement sous la barre des 40 minutes. On discute un peu, on s'est déja vu hors contexte running. Il va être le pacer d'un de ses amis sur cette course.  Je lui dit également que je souhaitais faire 48 minutes.

Arrivé au Gymnase, Il y a la queue pour la fouille des sacs, pour les toilettes, pour tout. mais ça roule bien. Je suis impressionné par tout ce qu'ils ont mis en place. Après tout ce n'est pas la première édition de cette course. 

Je fais un échauffement sommaire de 8 minutes en accélérant sur une petite montée, et je m'installe au milieu de la foule des runners bien plus dense que l'année dernière. 

 

C'est parti.

L'année dernière j'étais à fond au KM1/ Ici j'ai passé la première borne à 6 minutes et 03 secondes. J'ai laissé les gens me dépasser me bousculer... on perd trop d'énergie à faire cela. C'était ma première erreur l'année dernière. Voilà, elle n'est pas renouvelée. 

Entre le km 2 et 5 il y avait des faux plats que j'avais oublié. C'est sûr que les trucs durs, on préfère ne pas s'en rappeler. Deux jours plus tôt sur Instagram j'avais dit à Joanna qu'il n'y avait que du plat sur ce circuit... pardon Joanna ;)

Je souffre un peu, aborde la voie verte et, à ma grande surprise, je vois une mini-foule massée de part et d'autres du chemin, après le mini-pont. C'est comme si j'étais Lance Armstrong, un testicule en plus et sans vélo, applaudi par une foule en délire.  Au Km 5 je vois 23 minutes. Grr je pensais aborder la deuxième partie de course avec 24 minutes au KM 5.... J'accelère un peu tout de même. J'aperçois le maillot d'une fille.. EA MACON. Le club est venu à Caluire, c'est la première fois que je les vois vers Lyon. Une autre fille a un strap énorme sur la jambe. Elle commence à hyperventiler en criant une peu comme dans un film Olé olé. Je ne sais pas si elle a abandoné mais c'est probable...

 

La suite du parcours est un bout de la voie verte que l'on a déja emprunté. Deux vieux  assis se moquent de nous car on a pas la même fraicheur que lors du premier passage. La petite foule ammassée est moins compacte et à droite on peut déja apercevoir les coureurs en terminer en mois de 40 minutes dans le stade. On tape dans les mains des petits qui encouragent comme l'année dernière... ça booste vraiment les gamins!!!

Fin de course et record personnel

KM 8 je suis dans un bon tempo, je sais exactement où je vais accélerer: devant les deux bénévoles du KM9 qui, comme l'année dernière, encore avec vaillance, encouragent les runners. Arrivé sous l'arche de départ au KM 9,5 il y a toujours cette fausse joie d'en terminer mais non... L'arrivée est au Stade Pierre Bourdan. Je me fais violence et termine en allure en dessous de 4 minutes au kilomètre. 47 minutes 59 secondes noooon 48 minutes. J'ai battu mon record en étant pas au mieux, sans un bon echauffement. merci la piste d'athlé!

Je croise FitenBasket qui est un peu décu par son chrono mais la fusée est encore allée très très vite comme son acolyte de course. Il me demande mon temps et je lui montre mon chrono. Il sourit.

20161016_114934


On s'avance vers le ravitaillement. Je le perd de vue, je reste un peu pour voir l'arrivée de Charlotte et Joanna, deux sportives rencontrées grâce à instagram.

Et là je paye la montée en température, je suis beaucoup trop habillé, la transpiration ne s'évacue pas je ne me sens pas bien. J'en lève une couche. Dans le noir ce matin, je me suis trompé de tee shirt, celui là n'évacue rien du tout. Je récupere mon sac au Gymnase, je croise Eric, Daniela et ... oow un vertige? non, ça va je sors pour prendre l'air et là je me prend un shoot de fumée de cigarette en pleine poire. Déclenchement d'une gêne respiratoire. Même erreur que l'année dernière mais cette fois si j'ai la ventoline  sur moi. La cigarette c'est mal v'voyez? Fumer peut tuer.

Anecdote lunaire 

Après avoir parlé à un petit de 10 ans qui pensait que j'avais gagné la course (ahaha), je décide de quitter Caluire à pied pour rejoindre Cuire (oui ok c'est la même ville mais j'aime bien embrouiller les lecteurs) .

 

Près de l'arrêt nommé depot de Cuire du  bus 38 un homme et sa copine discute, il est 11h 49. Il est barbu comme un runner et elle est du type girl next door... Grosse erreur d'appréciation, La fille le questionne sur le pourquoi d'un couteau dans sa poche... il ne répond pas. Je change de trottoir rapidement.... Il n'y avait pas lieu d'appeler la police.  Il sont là. Il y a au moins 15 policiers sur un très petit périmètre. Vite. Je m'éloigne d'eux.

Je rentre chez moi à bord du C1, bus spacieux. l'après-midi je vais à l'anniversaire d'une amie. Mmmh les gâteaux. 

 

Si on compare mes résultats à ceux de l'année dernière, j'ai peut-être mal géré mes habits; mais sur le plan de la performance et des liens créés je me suis pas mal débrouillé. 

Collage_2016_10_17_08_20_35_1_

J'ai couru 30 secondes plus vite. mais avec un nombre de participants plus grand j'ai perdu 50 places par rapport à l'année dernière. 

 

Super course à l'année prochaine AS Caluire ;)

 

Posté par thierry_lyon_run à 11:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

18 septembre 2016

Le dix km de Mâcon, un temps d'escargot pour une course de lièvre en Bourgogne

Alphonse de Lamartine, grand poète de Mâcon écrivait : "L'Homme n'a point de port, le temps n'a pas de rives, il coule et nous passons."

C'est dans sa ville que nous allons lui donner tord et courir à contre courant de la Saône , comme des acharnés luttant contre leurs temps, luttant contre leurs destins...

En cette journée du patrimoine, je voulais marquer le coup en mettant de la culture dans ce compte rendu.

Samedi17 Septembre 2016

RETRAIT DE DOSSARD

Je connais Mâcon car ma femme y a des attaches familiales. Elle connait la ville par coeur. Je me laisse donc guider. Nous arrivons en un clin d'oeil à l'esplanade Lamartine (tiens tiens) sans GPS et sans hésitations sur le chemin. Nous nous garons dans le parking près de l'Esplanade et retirons mon dossard. Le tee shirt bleu nuit est magnifique. Je sens que je vais l'arborer sur d'autres courses.

20160917_160358

Le temps est gris mais les visages de bénévoles sont souriants et francs. Il y a une grande difference entre une compétition organisée par un club d'athlétisme et une association ou amalgame d'associations. Cela se sent sur l'envie de bien faire des gens. Numéro 283. Le nombre de personnes sur le semi marathon est d'environ 300 et sur le dix km environ 600 soit entre 900 et 1000 coureurs qui vont dévaler les quais de Saône, la belle voie bleue.

IMG_20160917_194755

Screenshot_20160912_190823_1

VISITE DE MACON

Visiter une ville que l'on connait n'est pas chose facile alors nous sommes allés à l'essentiel.

Une nouveauté est quand même à souligner: le tracé de la plume. Des plumes de bronze matérialisant le parcours patrimonial inauguré lors des journées du patrimoine. Chaque plume de bronze, indique le chemin d'un monument patrimonial à l'autre. Le logo est un livre ouvert avec une plume. Ce n'est pas clair? Voici la photo d'une plume.

20160917_162916

J'aime le café et l'odeur de la torrefaction portée par ce vent frais qui m'a traîné vers la brûlerie. Un acceuil chaleureux. Je n'y suis pas habitué. A Lyon, c'est froid. A Mâcon, on se parle on se dit les choses. Le torrefacteur m'a expliqué son métier. Il s'y connait.... et puis quand on entre dans une boutique de connaisseurs et qu'on demande du café en grains de Sidamo c'est que l'on connait le café. Nous repartons avec des chocolats de grande facture du thé vert également.

Notre promenade froide et grise continue vers la maison de bois. Un restaurant café où la facade est un peu particulière et où il y a un glacier... Il fait 13 degrés... nous prenons un café.

20160917_170520

La promenade se termine avec une crèpe et un petit parcours en bord de fleuve. Oui c'est un fleuve. Le Rhône est géographiquement une rivière (je suis politiquement engagé ahah).

Ainsi se termine la partie culture de mon périple running à Mâcon.

Dimanche 18 Septembre 2016

Nous nous garons 5 minutes avant qu'il soit impossible de le faire. Le vent est froid et je m'échauffe avec ma polaire. Femme et Enfant se mettent à l'abri dans un café. J'observe les coureurs. particulièrement Un. Lui est au dessus au niveau de l'attitude et de la foulée. Il gagnera le semi marathon en 1h11. Un temps assez incroyable pour un coureur du dimanche comme moi.

Le départ du semi est donné pile à l'heure. Les échauffements son cadrés, les coureurs disciplinés. Je pense que ce sera un dix km de haut niveau comme le semi.

20160918_095936

20160918_105625

20160918_101452

LA COURSE

20160918_110258

20160918_095913

Le départ est donné à l'heure. Je pars avec prudence. En effet, le premier kilomètre se fait entre les voitures garés en passant par la médiathèque pour ceux qui connaissent. Les dépassements sont risqués car il y a des travaux. Je décide donc de changer ma stratégie de course. Je passe du positive split au negative split. Je ne vois pas la borne du km 1. Ce premier km était une boucle de l'arche de départ à... l'arche de départ pour prendre les quais en sens inverse. Km 2 : 9 minutes. KM 3 14 minutes. Je reste dans le rang et je ne dépasse personne à part les cramés, les blessés. Il n'y a pas d'escargots dans cette course (un comble pour la région). Au Km 5 je constate que je suis à 24 minutes et 51 secondes. Quelle temps dégueulasse ;) Il va falloir que j'augmente mon allure. Je lève les yeux, le spectacle est magnifique. La riv... le fleuve est majestueux et calme. On dirait le lac de la chanson de Julien Doré. La voie bleue est agréable. La ville et le bord de Saône me plaisent. La pluie et le vent sont agréables car cela rend la respiration plus facile, les poussières restant au sol. Je me cale dans la foulée d'une fille ayant la même corpulence et la même allure que moi. Entre le KM 6 et le KM 8 elle courrait un peu en surrégime alors je l'ai laissé filer. Je la rejoins au km 9. Elle me suit. Nous finissons presque ensemble. A la fin de la course sur la dernière ligne droite de l'esplanade, je sens un souffle et une foulée. Un vieux sortie de nulle part qui veut griller un place. Ayant du jus, je ne l'ai pas laissé faire. Je lui aie lancé un "il se prend pour qui celui là, ça ne se fera jamais" Bon Dieu à quoi ça sert de sprinter dans ces conditions? Bref. Avec tout ça j'ai oublié de stopper mon chrono. 48 minutes 20 secondes en réalité. Un beau chrono, vu le temps et la répétition des efforts sur 3 semaines.

20160918_111513

Je rejoins femme et enfant, après avoir rendu le dossard pour un énième tirage au sort et la puce chronométrique. Je reste au joli ravitaillement, sous l'arche puis sous le podium j'hume l'air de l'esplanande Lamartine . Je ne suis nullement fatigué et je peux repartir pour un autre dix km. On sent que l'entrainement a payé. Je décide de ne pas attendre le tirage au sort, remercie un bénévole et m'en vais en famille car ma fille a un peu froid... et moi aussi.

Mâcon est une grande ville. Sa course aussi est grande par le niveau de l'organisation et par le plateau de coureur élite de Saône-et-Loire. L'année prochaine je reviens. C'est sûr.

Je vous laisse avec un hydravion qui se pose va se poser sur l'eau non loin de l'esplanade Lamartine

20160917_160238

Thierry

11 septembre 2016

Manger une tarte aux pralines avant les 10 km de l'horloge a-t-il eu un impact positif sur la performance réalisée?

Le dix kilomètres de l'horloge est ma première course à pied en compétition. J'y reviens donc cette année avec bonheur et quelques connaissances et amis en plus. Il se déroule à Tassin-La-Demi-Lune, commune importante dans l'ouest lyonnais, desservie par le tram train à la gare ...d'Ecully-La-Demi-Lune et... Tassin. Dans cette ville se trouve une horloge monumentale réalisée par des entrepreneurs Tassulinois eux-mêmes. Ils sont fiers de leur horloge. Il peuvent. Lors de cette course on la voit au Km 1, 2, 3,4, 8. Il s'agit donc bien des 10 km de l'Horloge.

24096290

Samedi 10 septembre 2016

En entrant dans cette salle polyvalente à 15h03, j'ai eu un flash... le genre de flash que j'ai quand je rentre chez un nouveau client et qui m'avertit de partir vite en courant....

L'ambiance est assez morose. Les bénévoles sont-ils déjà épuisés? L'empathie n'est pas décelable et cette sensation est amplifiée par la chaleur ambiante. Je prends mon dossard sous un regard hostile et m'enfuit vite. Quant au tee-shirt, je ne l'aie pas eu. Il avait l'air de ne pas vouloir m'en donner un ....tant pis.... c'est le même que l'année dernière. J'eusse aimé recevoir ne serait-ce que les sourires de l'année dernière...

Je rentre à la maison avec une impression mitigée. Il m'ont ôté l'envie de faire cette course. Leurs attitudes étaient sûrement dues à la chaleur ambiante et au fait de prendre l'organisation au sérieux mais là.... Je me laisse une nuit de réflexion pour savoir si je participe ou non aux 10 km de l'horloge.

20160910_160816

Dimanche 11 septembre 2016

Je décide d'ignorer l'attitude de certains bénévoles du samedi aujourd'hui est un nouveau jour. Je pense à Aurélie, Amel, Elise et son amoureux que je peux à tout moment croiser. Je sors de chez moi sans femme et enfant, pour une fois. Elle font une matinée mère-fille Je prends le Métro D puis le tram train de l'ouest lyonnais, tandis que tous les autres coureurs présents dans le metro prennent un bus en direction de Tassin. Je fais le choix du confort. Je croise le regard d'un runner. J'y reviendrais à la fin.

Arrivé à 8h30 je regarde "sans regarder" le départ des 5 km. C'était interessant certes, mais je privilégiais la confection d'une bulle virtuelle pour me concentrer et ne pas me stresser inutilement. J'aurais du regarder attentivement! Aurélie était au départ du 5 km et non du 10 km. Dommage.

Je m'approche du stand de Jocteur 1 heure avant ma course. Je fais des photos, je dis à l'employé que j'ai un blog et il me laisse gouter plein de tartes aux pralines. Merci monsieur vous êtes un chic type.

20160911_104218

je continue à ne rien faire et à lézarder devant l'école Leclerc. Le futur gagnant et le top 10 font leurs gammes. Ce n'est pas le même monde. Leur préparation est spécifique et longue. Ils ne laissent rien au hasard. Je me lève un moment, dépose mon sac à la consigne où deux jeunes oeuvrent toute la matinée.... de très bons bénévoles.. eux...

Je m'échauffe 20 minutes. à la fin j'aperçois une fille qui me rappelle une photo que j'ai vu sur Instagram. Amel! Elle est venu encourager Aurélie et moi et.. d'autres. J'ai trouvé ça super sympa de sa part. Elle est positive, optimiste (ce qui est pareil) toujours le sourire. Merci Amel pour ces encouragements aux moments clés.

Départ

Au départ de la course, je suis assez loin de la ligne de départ, cela m'agace, mais vu le monde, je ne me plainds pas. Je reste dans ma bulle et continue à m'échauffer.

20160911_104241

Course

C'est parti! Je cours aussi vite que possible. j'arrive au kilometre 1 avec 4 minutes et 27 secondes.... 20 secondes à doubler des gens. ça pompe mon énergie. Km 2 l'horizon se dégage 8 minutes 46 soit 4 minutes 20 au kilomètre ça va mieux. Je perds du temps comme prévu à la boucle de l'avenue du général Leclerc. Il faut relancer je tiens jusqu'à la 20 ème minute. Meeeerdeee j'explose 2 minutes trop tôt. L'année derniere, je suis passé en 23 minutes 15 au km 5 là je suis à 23 minutes 05. je vais faire le même temps, c'est une certitude maintenant. Il commence à faire chaud. Ce trajet me tape sur le systeme. Les virages obligent aux relances dans les lignes droites ce qui fait perdre de l'énergie que je n'ai plus sachant que la température a encore augmenté. Je ne sais plus où j'en suis. je ne regarde plus ma montre. Au km 8 et au km 9 je dis donc merci à Amel car grâce à ses encouragements j'ai pu tenir l'allure. km 10 même pas une accélération, j'en suis incapable. Je termine en 48 minutes 58 secondes soit 10 secondes de plus que l'année dernière sur le même parcours.

20160911_104851

Le positive split

Ravitaillement de tarte pralines eau et fruits secs à la fin. Tout va bien. Je vais rechercher mon sac à la consigne. Je ne trouve pas les douches, personne ne sait où elles sont. Je me change près de la gendarmerie.
Je dis au revoir à Amel, aaah Aurélie a, en réalité, fait le 10km ... re-zut... je la verrai un autre jour. Je me dirige vers la gare. Je repense à ma stratégie de course. Le positive split. Il s'agit de courir plus vite la première partie de course et moins vite la deuxième. Cette stratégie n'est viable que si l'on est costaud et qu'il y a un écart moindre entre la première et la deuxieme partie de course. C'est donc impossible ,en réalité suicidaire, pour un coureur lambda sur marathon, bizarre sur semi marathon, et de l'ordre de la facétie sur 10 km. Autant être clair, c'est nul comme stratégie gagnante. Je l'ai adopté car je conçois les 10 km du mois de septembre comme une préparation et non pas comme un objectif. Cette stratégie m'a permis de battre mon record sur 10 km et sur 5 km d'1 minute, mais elle ne permet pas de progresser à long terme. Mais je ne regrette rien, ça forge le mental. Je ne vais pas la réaliser à Mâcon. L'objectif avoué étant d'être à l'aise en toutes circonstances sur 10 km. Et puis... l'equal split ( à la même allure tout le temps) c'est monotone voire chiant..... terriblement efficace ... ok... mais chiant... je vais revenir en negative split.

Finalement l'impact de la tarte aux pralines?

Il est bénéfique!!! Le sucre ingéré m'a permis de bien faire mon échauffement. Le positive split lié à des conditions défavorables m'ont fait perdre quelques secondes c'est tout. Allez chez Jocteur ile barbe/Tassin/ Lyon. c'est très bon ( non je ne suis pas payé par eux... j'aimerais bien)

A dans 6 jours pour le 10 km de Mâcon. ou le semi marathon. à voir....

20160911_091011

Le tram-train

Le runner Nicolas avec qui j'ai sympathisé a beaucoup aimé cette course, ton dossard c'était 383? Je n'ai pas eu la présence d'esprit de te demander ta prochaine course. On se reverra mec ;) à bientôt.

20160911_112722

Thierry.

05 septembre 2016

Retour sur les Foulées du Petit Prince

Ce dimanche 4 septembre 2016, nous sommes allés en famille passer la matinée aux abords du Gymnase David Douillet, dans la ville de Charvieu-Chavagneux, Ville du nord de l'Isère (38) ... limite Rhône. Je dois dire que je ne connaissais pas le coin, mais je la situais bien: non loin d'un lac et de l'aéroport Saint-Exupéry.

Afficher l'image d'origine

Très bel endroit pour participer à la première édition des foulées du Petit Prince organisé par le Shogun Club de Charvieu-Chavagneux.... Petit Prince ...Saint-Exupéry.... voilà ...c'est ça. Ils ont déjà tapé dans le mille avec le nom de leur course.

20160903_170606_1_

Le jour d'avant, nous sommes allés retirer nos dossards.Oui j'ai bien écris NOS dossards. Ma fille a participé à la course des 3/4 ans pour l'association le rêve des lucioles mais j'y reviendrais en fin de compte rendu.

C'était le jour du forum des associations de la ville au Gymnase David Douillet (celui avec plein de photos de Teddy Riner) et nous avons pu constater que le coin est vivant que les associations sont dynamiques et les gens charmants. ça donnerait presque envie d'y habiter. Nous retirons donc nos dossards. L'équipe des bénévoles est vraiment motivée. J'ai même droit à un gros livre sur le cyclisme que j'accepte avec un enthousiasme "débordant". Un cadeau est un cadeau. Je prends.

Pour une première édition, je trouve que les sponsors de la course sont nombreux et font partie des grosses sociétés aux alentours. L'organisation est même quasiment sans failles. J'ai le dossard 107. Un tour de cou aux couleurs du Petit Prince et multiples produits et réducs en relation avec le running. Ils attendent 216 coureurs le lendemain.

20160903_183135

Le dimanche, temps couvert, 17.5 degrés, nous prenons un petit bout d'autoroute pour arriver devant le rond point du.... Petit Prince (photo mapio.net) et nous garer sans aucun problème dans l'un des parkings prévu à cet effet.

16230847

L'organisation pouvait caser 500 voitures facilement à vue d'oeil. J'entends une riveraine se plaindre de la musique bruyante et que son quartier est trop vivant... c'est la meilleure de l'année... 8h28 Le speaker, l'équipe Terre de Running, les gars et filles qui s'échauffent... tout le monde est sérieux, l'équipe fpp au maillot jaune fluo est au taquet. A l'échauffement, je vois une des filles de Terre de Running et je suis impressionné par sa foulée alors qu'elle est à 8 km/h et papote avec ces amis... c'est elle qui finira 1ere féminine. J'ai donc le Coup d'Oeil du runner ahah. Je stoppe mon échauffement, discute avec femme et fille et je me poste sur la ligne de départ. Je me trompe de sens... on commence de l'autre côté... par un faux plat.. eh zut je ne l'avais pas vu venir, pourtant j'ai bien étudié le parcours.

20160903_170512

Ma stratégie de course est clairement établie. Je dois démarrer à fond. Je me place à côté des potentiels vainqueurs... que d'ailleurs je n'ai plus aperçus après tellement ils sont rapides. Départ donné à 9h02. Je pars comme une balle. J'entends derrière mois un gars qui dit: "les fous ils démarrent à 13km/h... je me dis sur le coup qu'il a raison... mais je pars vite quand même.

20160903_170526_1_

20160904_090200

Je suis à fond au km1. je regarde ma montre: 4 minute 01. Je n'ai jamais couru aussi vite. La montée commence entre le km 1 et 2 ... l'allure à baissé 4"40 au km j'ai perdu 40 secondes sur 1000 mètres à cause d'un petit dénivelé de rien du tout. Je continue à courir vite. km 5 21 minutes 45 ....je viens d'exploser mon record sur 5 km d'une minute et 5 secondes. J'ai volontairement refusé le ravitaillement du km 5 et j'ai continué. L'objectif était clair: 22 minutes rapides et finir comme on peut ensuite. La baisse de régime est là. Je me cale dans la foulée d'un triathlète et je prends son relais comme dans une course cycliste. Je reprends de la vigueur en descente je voulais terminer en 46 minutes 50 mais la borne des 9 km n'arrivait pas aussi vite que prévue... j'ai explosé au km 8.5, en étant solide mentalement car perdre 10 places sur le dernier kilomètre ce n'est pas marrant. J'ai tout de même terminer la course en 48 minutes 01 temps officiel 72 ème sur 216 coureurs dans une course sans abandon à déplorer. La troisième féminine arrive après moi. C'est notre "voisine" de place de parking. super sympa cette femme. A l'arrivée surprise: une médaille.

Au passage c'est mon meilleur temps sur 10 km en course officielle.

20160904_095706

Dis donc ils savent organiser des évenements ici. Par contre ils reprennent le dossard. pour un collectionneur comme moi c'est pas top... mais 30 minutes plus tard je change vite d'avis. Les dossards ont servi à faire un tirage au sort pour de jolis lots.

L'après-course est géniale, le temps s'est découvert, le soleil donne...(désolé pour cette expression des années 80). Le dernier concurrent âgé de plus de 75 ans en termine entouré de bénévoles et de riverains qui le soutiennent. wouaaah trop beau. Après avoir vu ça, je décide de tenter une douche au gymnase. C'est spacieux et extrêmement propre. le rêve, Si c'est propre chez les gars... chez les filles ça doit être parfumé à l'eau de rose ce n'est pas possible un endroit aussi propre. Je reviens près de femme et enfant propre et frais. L'attente pour la course de la petite est trop longue, la remise des prix s'eternise je décide donc d'aller faire pipi. Je lance en boutade à ma femme que mon dossard c'est le 107 si je gagne quelque chose. 5 minutes après ma fille me tends un bon pour un baptême de l'air. Je n'en reviens pas! Ma fille est montée sur le podium a fait une photo officielle, m'a récupéré mon lot pendant que j'étais au toilettes. Merci fifille.

11h 10 La course pour enfants s'est faite par catégorie d'âge. La somme récoltée pour cette course est intégralement reversée à une asociation récente puisque crée en 2015 le rêve des lucioles. Ils accompagnent les enfants atteints de neuroblastomes et cancers durant leurs hospitalisation. Association basée à Craponne (69). Vous pouvez faire un don. Tapez le reve des lucioles dans un moteur de recherches. Ayant un enfant ma femme et moi nous sommes très sensibles à cette cause.

FB_thumb

La course s'est plus ou moins bien passée pour ma fille la distance était trop courte j'aurais du l'inscrire avec les 6 ans. Ils avaient fait un tracé devant le gymnase. Elle a eu sa médaille et de jolis lots. Mais ce qu'elle a préféré de sa journée, c'est le stand maquillage et le chateau gonflable évidemment.

20160904_095948

Il est 11h 23 je commande des cafés au bar. Je vois qu'il ont fini de préparer une paëlla. J'aurai du le voir venir. Décidément quelle superbe association.... ça sera pour la prochaine. Nous, on est allé manger chez Tonton, puisqu'on est en Isère... autant en profiter. Famille avant tout.

20160904_192254

Rendez-vous dans 6 jours pour les 10 km de l'Horloge à Tassin-la-Demi-Lune... en arrivant à la gare d'Ecully... les lyonnais comprendront. geographiquement c'est pas clair clair.

02 mai 2016

Les 20 ans du Galop Romain

Ce premier mai était pluvieux. Ma petite famille et moi nous avons tout de même pris la voiture pour sortir de LYON pour prendre la direction de Villette de Vienne qui... comme son nom l'indique est à côté de Vienne dans le 38.

Le galop romain de Vilette de Vienne est une course à pied avec une organisation rôdée. Les bénévoles sont efficaces et malgré la pluie on sent une bonne ambiance entre coureurs.

C'est une course de 13 km axée nature que l'on pourrait qualifier de trail tant les conditions et le dénivelé positif étaient rudes. Une autre épreuve de 9 km plus courte mais toute aussi nerveuse était au programme dans cette région vallonnée. Petite particularité: Le parcours du 13 km est à cheval sur le département 38 et le département 69.

Au départ le speaker était un poil optimiste et utilisait un bel euphémisme en parlant de terrain gras, de petit ruisseau se formant sur le chemin et de température fraiche au sommet du col traversé par la course.

A 8h50 je laissais femme et fille aller se réchauffer dans la salle polyvalente de la ville pour aller m'échauffer sous une température de 6 degrés. Je papote avec mon oncle qui est engagé sur le 9 km et qui me parait bien motivé. Je papote je papote et oh 9h15 départ! J'ai perdu 10 secondes à démarrer les chronos de ma montre et de mon téléphone. Je m'élance à un rythme de 5 minutes au kilomètre ce qui est rapide sachant qu'il y avait une côte raide des le 2ème kilomètre. Jusqu'au km 5 j'étais en sur-régime. Bizarrement cela se passait bien. Je pense que l'association musculation/running à payer ses fruits. Je ne marche à aucun moment, je suis le rythme d'une fille qui est aussi en bonne forme. Je décide alors qu'elle sera mon binôme jusqu’à la fin. Le terrain est glissant et quelques coureurs sont tombés sans grande gravité heureusement. Il est parfois nécessaire de rester derrière une personne plutôt que de vouloir à tout prix la dépasser quand la boue est si dense. Mes chaussures de trail tiennent le choc à ma grande surprise, je ne dérape pas. Cela a été un atout car beaucoup de concurrents se sont retrouvés à marcher car il n'avait pas de crampons aux pieds. Certains passage étaient super durs! Notamment un oú une corde a été installée entre deux arbres pour pouvoir bien gravir le passage.... Au km 10 Je franchis un énième sentier montant et j'aperçois mon oncle avec qui j'échange un petit moment. Je suis étonné de son allure rapide et pense qu'il a de la réserve pour finir au sprint. Je le laisse 1 km plus tard car je n'arrivais pas à courir à son rythme: l'allure que j'avais adopté me permettait de ne pas tomber. Concernant la fille qui courait à côté de moi elle était en hyperventilation et à du ralentir. j'ai gardé mon rythme pour terminer en 1h 13 min et 38 secondes temps officiel. Mon oncle prévoyait 1h20 pour ses 9 km il fini...en 1h pile....bravo tonton.

J'étais là pour courir, prendre du plaisir, mais le plus important c'était la famille... pas seulement mon oncle mais ma fille et son cousin qui participait à la course des petits, moyen et grands enfants. Elle a gagné... Je n'ai pas fini d'entendre des "j'ai gagné ma course papa" cette semaine....

Malgré la pluie le froid les petits grêlons sur le col au 6ème kilomètre, j'étais heureux car j'ai fais une super course, mon oncle s'est remis à la compétition en douceur, j'ai vu de la famille et la journée s'est terminée de manière conviviale. Ce n'était pas une course à pied ordinaire à titre personnel. L'environnement était autrement plus important.

Thierry


Posté par thierry_lyon_run à 17:31 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

20 avril 2016

Retour sur le trail du lac du RONZEY (Yzeron 69)

Aaaah Yzeron, petit village vert perché après Vaugneray bien après Grézieu-la-Varenne biiien après Tassin-la-Demi-Lune. En sortant de Lyon ça nous fait une petite ballade de 45 minutes. Un bien bel endroit pour organiser un trail. J'ai bien fait de choisir Yzeron pour faire mon premier vrai trail hors ville. Le parcours a été divulgé un peu avant le jour de l'épreuve car il emprunte des sentiers privés.

IMG_20160411_120600[1]

Une semaine avant, je m'étais fait une légère contracture au mollet gauche lors du Lyon Urban Trail, sur le parcours 23 km. Pour vous donner une idée, au km 14 j'étais à 1 heure 48 minutes et j'ai fini en 3h 34, en marchant péniblement vers la ligne d'arrivée. Cette course étant à "domicile" je me voyais mal abandonner. Je l'ai donc fini "au mental". Tenez je ressemblais à ça à l'arrivée:IMG_20160410_121801[1]

IMG_20160325_112937[1]

Après une semaine de "massage-étirement-récupération active", Je suis allé récuperer mon dossard le jour d'avant l'épreuve. En y allant je comprends que le dénivelé est assez sérieux ici et que je vais souffrir.

Avant la course, l'ambiance est détendue mais studieuse. Il y a une grande difference avec les courses plates et courte sur bitume: j'ai senti tout de suite qu'il y aurait de l'entraide, de l'effort,géré ou non, du dépassement de soi. Je suis venu pour ça. Accompagné de ma femme et ma fille me supportant, mais aussi de Célia une amie qui court beaucoup comme moi, nous nous rapprochons de la ligne de départ.

Des chevaux donne le tempo du départ. Sur les premiers mètres, j'ai mis les pieds dans la bouze de cheval, ça m'a peut-être porté chance pour la suite. On commence par une montée assez pentue. Ma binôme Celia est à fond, elle a l'air en forme, je ne lui montre pas mais je m'économise. J'ai peur de me blesser à nouveau. Ici, il n'y a pas d'escaliers comme au lyon urban trail, les muscles sollicités sont differents et j'adopte mon allure spécifique "trail" que j'ai enfin trouvé au bout de 3 km. J'ai bien étudié le parcours les principales difficultés sont tous les 2 km et la plus grosse est à la fin (la descente et non la montée ^^)20160416_150132[1]. Notre allure est assez rapide sur le plat. Très vite je m'aperçois que Celia est bien plus rapide en montée que moi alors je la laisse filer. C'est après que je me rend compte d'une chose: les descentes, c'est vraiment le pied, et c'est mon fort. C'est comme si je me retrouvais en enfance à dévaler les côtes en Guadeloupe. Je me redécouvre technique et rapide.

Le trail d'Yzeron est un circuit assez confortable finalement. Je m'y plais bien. Les photos que j'aurais pu prendre auraient été magnifique mais je ne peux pas m'arrêter. On en plaisante même entre coureurs. Yzeron mérite une "rando-photos". Je prends trop de plaisir à souffrir sur ce parcours. Je souris même aux bénévoles. Au km 13 -ravitaillement- je prends le temps de discuter rapidement avec une dame très gentille. Je me rends compte que le sentier parcouru sur ce km jouxte son terrain et qu'elle aime visiblement la course à pied. Au km 16 C'est encore un propriétaire de terrain qui rigole en voyant ma tête devant une montée abominablement raide. Il m'encourage sincèrement cela me redonne des ailes et je rejoins Célia en descente pour le finish en duo.

A l'arrivée, Célia me "pousse". J'entends ma petite qui crie "allez papa". J'en souris... et on franchit la ligne d'arrivée ensemble comme on avait commencer. 20 km 575 D+ en 2h12 minutes.

Merci Célia.

Mon impression est vraiment extrêmement positive. Le vert de cette région m'a fait pensé à la Guadeloupe, l'ile la plus verte des Antilles. Je me suis cru chez moi par moments. L'accent mis sur le côté Nature a été respecté par les coureurs: aucun gel ou papiers n'est venu jonché le sol, contrairement aux courses urbaines où ce fait est très courant.

Les plus de cette course: les 3 chevaux qui ont fait le départ et la fin, le podium bottes de foin, Yzeron, le lac.... les gens. Car oui voir des bénévoles et habitants aussi impliqués et détendus ça fait plaisir.

Yzeron Je t'aime. Je reviendrai avec famille et copine traileuse l'année prochaine sans aucun problèmes

Thierry.

Posté par thierry_lyon_run à 11:28 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

Présentation

Bonjour à tous.

 

C'est dans l'idée de perdre du poids que je me suis mis à la course à pied il y a 5 ans. Je n'étais pas régulier et mon alimentation n'était pas très équilibrée. Quand ma fille est née, j'ai pensé qu'il lui fallait un papa plus sportif et svelte que je n'ai jamais été.

J'ai donc décidé de triplé mes séances de course à pied.... bon. En pratique j'effectue 3 séances au lieu d'une mais c'est tellement plus impressionnant d'écrire "triplé".... J'ai commencé à manger sainement en faisant attention à mes portions. Le temps et la motivation aidant, j'ai même entraîné ma petite famille à sortir les shoes

IMG_20160414_081424[1]

Avec le temps j'ai perdu 32 Kg.

IMG_20160324_155156[1]

Mes performances en running on bien vite décollé et aujourd'hui je suis un addict des courses en tout genre tant que j'ai un dossard et qu'il y a de la musique au départ et à l'arrivée je suis partant.

IMG_20160419_131616[1]

J'ai décidé de me mettre à écrire ou plutôt de reprendre l'écriture car j'avais au moins 15 blogs il y a 10 ans. Je vois qu'ici sur Canalblog les choses ont bien changé.

Je vous emmène sur mes lieux de running en compétition, principalement dans le Rhône ... voire Auvergne-Rhône-Alpes, pour vous décrire mes sensations de courses mes victoires, mes désillusions, mon point de vue sur certains aspects de courses et parfois les paysages à couper le souffle que j'ai pu capturer.

Bonne lecture

 

Thierry

Posté par thierry_lyon_run à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]